futurogentile.jpg

UPDATE  
Dimension 67 – mars 2023
Futuro Gentile

Du 12 février au 27 août 2023, le CID – Grand-Hornu présente une exposition dédiée au travail de Michele De Lucht et de son studio multidisciplinaire AMDL CIRCLE, consacrée à l’architecture, au design d’intérieur et de produits, au graphisme et aux installations. Le Circle de Michele De Lucchi éclaire l’approche ‘humaniste’ des projets, centrée sur la constante évolution des besoins de l’être humain, et veut répondre de manière dynamique aux défis toujours plus complexes de l’humanité. Tel est le thème de Futuro Gentile – Un avenir aimable. Sur près de 1200 m2, l’exposition, s’articule en deux parcours qui passent simultanément et de façon complémentaire de l’expérimentation au design et du visionnaire à l’architecture. Les objets de design expérimental de Produzione Privata et les architectures visionnaires des Earth Stations sont autant de scénarios imaginés par Circle, dans lesquels évolue l’homme moderne, en quête de nouvelles idées et d’une meilleure compréhension de ses ambitions, dans le respect nécessaire de la planète et des autres êtres humains.

irmelkamp.jpg

UPDATE  
Dimension 67 – mars 2023
Architekturbilder

Irmel Kamp est photographe d’architecture depuis les années ’70 et a une prédilection pour les projets de recherche à long terme, axés sur une région ou un style spécifique. Contrairement au regard mécanique et isolé de Bernd et Hilla Becher, actifs à la même époque, Kamp dépeint les bâtiments intégrés et façonnés par leur environnement et les circonstances. La publication Irmel Kamp: Architekturbilder donne un large aperçu de ses séries de photographies, notamment les séries Zink (1978-1982), Tel Aviv (1988-90), Brussel-Brussel (1996/97) et Moderne in Europa (2000-2012), et dresse un tableau précis de la photographie en noir et blanc orientée typologiquement de Kamp, caractérisée par des perspectives individuelles et des références sociologiques et culturo-historiques.

riverside.jpg

UPDATE  
Dimension 67 – mars 2023
Riverside Tower

La Riverside Tower, l’une des trois grandes tours résidentielles de la rive gauche d’Anvers, d’après un concept de Léon Stynen et de Paul De Meyer, a soufflé cinquante bougies l’an dernier. Les premiers résidents ont emménagé en 1972 et un an plus tard, l’architecte Paul De Meyer et sa famille quittaient Lier pour s’y installer. Ils ont emménagé dans un magnifique penthouse que Paul De Meyer a spécialement construit pour lui et qui n’a jamais fait l’objet de publication jusqu’à sa mort en 2011. Aujourd’hui, le cinquantième anniversaire de la Riverside Tower – tout comme la rénovation de l’appartement exceptionnel sur le toit par Glenn Sestig en 2016 – est une belle occasion d’esquisser la genèse de l’emblématique tour résidentielle, cette fois à partir de documents, de plans et de photographies inédits.


Ursus juni-sept 2023
periphery.jpg

UPDATE  
Dimension 67 – mars 2023
Periphery

En mai 2021, le Kunsthal Extra City ouvrait officiellement les portes de son nouveau site à l’ancien couvent dominicain de la Provinciestraat à Anvers. Peu de temps après, l’organisation signait six missions de création pour ce nouveau lieu. Les artistes Meryem Bayram, Maëlle Dufour, Mekhitar Garabedian, Geert Goiris, Imge Özbilge et CMMC, tous actifs dans divers médias et aux pratiques différentes, sont invités à entamer le dialogue avec l’espace architectural chargé d’émotions et à installer une œuvre semi-permanente en périphérie de l’église et de la chapelle. Jusqu’à la fin 2023, les oeuvres se cachent dans les bas-côtés, les arrière-salles oubliées et les espaces intermédiaires, où elles peuvent s’épanouir à l’abri des regards. Avec les artistes et les visiteurs, le Kunsthal Extra City fait un premier pas vers le questionnement, l’activation et l’exploration de son nouveau site.

habitercfranoislichtl.jpg

UPDATE  
Dimension 67 – mars 2023
Ce qu’habiter veut dire

L’habitat idéal ? Une maison avec un jardin. Pourtant, on peut aussi habiter un appartement, un bateau, une cabane, une roulotte mais aussi son corps, sa rue, son quartier, son village, sa ville, son paysage ou son territoire … A partir de la question apparemment simple ‘C’est quoi habiter ?’, et en collaboration avec des designers, des architectes d’intérieur, des architectes, des paysages et des artistes, l’ICA et MAD Brussels invitent le public à porter un autre regard sur son cadre de vie et à découvrir l’architecture contemporaine. L’exposition ‘Ce qu’habiter veut dire’ retrace les différentes réponses recueillies à travers une grande partie de Wallonie-Bruxelles auprès de tous les acteurs de notre cadre de vie. Le travail de photographes, d’architectes, de designers et d’artistes démontre qu’habiter ce n’est pas seulement se loger mais c’est aussi habiter un territoire, s’approprier l’existant et que c’est surtout rêver, tandis que des interviews et des maquettes dessinent une nouvelle géographie de la Belgique francophone.

schoonverdiepcstijnbollaert.jpg

UPDATE  
Dimension 67 – mars 2023
Van Schoon Verdiep tot Verlicht Verdiep

À l’hôtel de ville restauré d’Anvers, en complément à l’exposition Antwerpen Morgen, se tient l’exposition temporaire Van Schoon Verdiep tot Verlicht Verdiep qui dévoile le processus de conception et le résultat final de la restauration, le réagencement et l’extension de l’hôtel de ville historique. Cinq ‘wunderkammers’ emmènent le visiteur à travers la recherche, les considérations et les moments décisionnels d’un certain nombre d’interventions clés. L’exposition offre un aperçu approfondi d’une trajectoire de huit ans, de la conception à la réalisation, avec du matériel d’illustration historique provenant des archives du patrimoine, des croquis, des plans d’exécution, des échantillons de matériel, des photographies et un court métrage unique réalisé par le jeune cinéaste Dayo Clinckspoor. La scénographie est une réalisation de HUB architecten en collaboration avec Sven Beirnaert.

kere.jpg

UPDATE  
Dimension 66 – novembre 2022
Francis Kéré

Plus tôt cette année, le Prix Pritzker d’architecture a été décerné à Francis Kéré. Cet architecte burkinabé et activiste social ayant un bureau d’architecture à Berlin, a été honoré pour son engagement architectural et social particulier et une pratique au sein de laquelle prédominent la beauté, la durabilité, la modestie et l’inventivité. La monographie a+u de 2022, qui commence à l’école primaire de Gando et se termine par des projets de construction en cours, des pièces de mobilier et des expositions, présente 34 œuvres de l’architecte. En plus des textes de Kéré et du rédacteur invité Andres Lepik, 3 essais de jeunes architectes d’origine africaine placent le travail de Kéré dans le contexte plus large de l’architecture et de l’urbanisation sur le continent africain, évoquant des questions comme la traduisibilité, l’authenticité, la justice, la communauté et la responsabilisation.

mjvhthomashick.jpg

UPDATE  
Dimension 66 – novembre 2022
Marie-José Van Hee architecten

Comment prend-on soin de l’architecture ? Comment percevons-nous l’effort personnel nécessaire pour concevoir des bâtiments ? Comment les concepteurs, les habitants, les producteurs de matériaux et les professionnels font-ils ensemble l’architecture ? Dans le cadre du thème annuel ‘care’, l’Institut flamand d’architecture et De Singel ont invité le bureau de conception gantois Marie-José Van Hee architecten pour aborder ces questions. À partir d’une série d’interventions dans la salle d’exposition et autour du campus des arts, Marie-José Van Hee montre sa vision du soin du 30 novembre 2022 au 21 mai 2023. Dans son langage formel et en relation avec l’art présent, Mari-José Van Hee clarifie les qualités spatiales du campus artistique de Léon Stynens.

jbanlcover.jpg

UPDATE  
Dimension 66 – novembre 2022
Alliances avec la réalité

L’architecture est aujourd’hui confrontée à des bouleversements sociétaux de plus en plus difficiles à ignorer. La question du logement, les visions biaisées de l’enseignement, le passé collectif, l’espace public et les nouveaux besoins en matière de soins sont des thèmes qui deviennent chaque jour plus urgents. La réponse hésitante à cela relativise le succès (international) de l’architecture en Flandre et à Bruxelles. L’ouvrage Architectuurboek Vlaanderen N°15. Allianties met de realiteit rassemble une riche sélection de projets récents d’envergure, qui offrent des réponses surprenantes à ces défis. Dix essais et deux séries de photographies offrent une réflexion critique et tendent un miroir au domaine architectural. Allianties met de realiteit fait appel à l’engagement sociétal et à l’entrepreneuriat social de tous ceux qui contribuent à l’environnement (non) construit.

umbau.jpg

UPDATE  
Dimension 66 – novembre 2022
Umbau

L’artiste Aglaia Konrad (Salzburg, 1960) a une fascination contagieuse pour l’architecture. Depuis les années ’90, elle photographie les processus urbains dans diverses métropoles. Telle une archéologue, elle explore les strates de sens de la ville – du choix des matériaux aux idéologies sous-jacentes. À l’invitation du FOMU, elle a déployé l’exposition Umbau au dernier étage du musée. Au centre, on retrouve sa nouvelle série sur la Boekentoren gantoise. Le titre Umbau (‘rénovation, ‘changement’ en allemand) fait non seulement référence à la rénovation récente de ce bâtiment emblématique mais également au processus créatif d’Aglaia Konrad : de la construction à la déconstruction et vice et versa. Jusqu’au 15 janvier 2023, Umbau vous offre un nouveau regard sur (l’histoire de) l’architecture. L’artiste Richard Venlet a conçu la structure centrale de l’exposition (Half-timbered, 2022) sur laquelle la série est présentée.

kosmorama.jpg

UPDATE  
Dimension 66 – novembre 2022
Kosmorama

Dans le monde entier, Ives Maes photographie les vestiges architecturaux d’expositions universelles et leurs emplacements. L’artiste hasseltois soutient en effet que les expositions universelles sont nées avec l’invention de la photographie et que les organisateurs ont pu fournir la preuve de leurs pavillons temporaires précisément grâce au médium véridique. Aujourd’hui, cependant, il fournit des images étranges, des images ‘rémanentes’, des vestiges de rêves qui s’estompent, de bâtiments construits pour disparaître mais qui subsistent telle une ruine oubliée. Ives Maes montre ainsi un contraste ironique entre les attentes utopiques du passé et la réalité urbaine d’aujourd’hui. Pendant toute une année, jusqu’au 3 septembre 2023, les photos d’Ives Maes sont à voir à l’exposition Kosmorama au Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers (KMSKA) récemment rouvert.

mattaclarksplitting.jpg

UPDATE  
Dimension 66 – novembre 2022
Museum in Motion

L’artiste Gordon Matta-Clark (1943-1978) a décrit ses actions comme une ‘anarchitecture’, un mot valise fusionnant anarchie et architecture. Ce faisant, il critiquait l’institutionnalisation de la culture mais montrait également son attachement envers son propre environnement avec une préférence pour la réalisation d’actions physiques. Ses interventions sur site combinaient le langage formel du minimalisme et l’ampleur du land art. En coupant littéralement les bâtiments en deux, il rendait par exemple visible l’intérieur mais aussi sa structure, afin d’offrir une nouvelle lecture. Le Musée d’Art contemporain d’Anvers (M HKA) expose aujourd’hui plusieurs œuvres de Gordon Matta-Clark, dont Office Baroque, un projet de 1977 qui a en quelque sorte jeté les bases de la collection M HKA. L’exposition Museum in Motion – Gordon Matta-Clark est à voir jusqu’au 8 janvier 2023.